Registre HF Canada

mapCanada_REGISTRY

La MISSION du registre canadien d’HF est de rassembler une équipe multi-disciplinaire composée de médecins ainsi que de chercheurs fondamentaux et cliniciens afin d’améliorer les soins prodigués aux patients atteints de désordres lipidiques importants, et plus particulièrement d’HF, mais aussi de favoriser la collaboration en recherche.

Notre VISION est de créer un réseau de cliniques universitaires regroupant des spécialistes dans le domaine des lipides, des endocrinologues et des cardiologues afin d’offrir les meilleurs soins possibles aux patients et de favoriser la collaboration en recherche. Se basant sur le modèle de «réseau en étoile», le registre canadien d’HF s’étendra au sein de plusieurs communautés afin de rallier les médecins prodiguant les soins de santé primaires aux cliniques universitaires provinciales.

Nos OBJECTIFS sont d’améliorer les soins prodigués aux patients souffrant d’HF et de diminuer les maladies cardiovasculaires chez ces patients à haut risque.

Cliquez ici pour la présentation “Registre HF Canada”


Le registre

Le but de cette initiative est de mettre en place un registre regroupant les sujets atteints d’HF au Canada. Au Canada, approximativement 83,500 patients sont atteints de la maladie. La fréquence allélique est d’environ 1/270 au Québec et de 1/500 dans le reste du pays. Les autres maladies rares touchant le métabolisme des lipoprotéines (maladies orphelines) seront aussi incluses dans le registre HF Canada.

Nous proposons un modèle de «réseau en étoile» de soins spécialisés étant donné la distribution géographique étendue des patients souffrant de l’HF au Canada. Les centres (points rouges) dans chaque province représentent les cliniques académiques reconnues nationalement pour leur expertise dans les désordres des lipoprotéines et qui possèdent des installations de laboratoire avancées (biochimie médicale, analyses spécialisées, ultracentrifugation, tests génétiques). Irradiant de ces centres, on retrouve les cliniques locales qui traitent les patients souffrant d’HF.

Nous mettons en place un registre à trois niveaux (local, provincial et national). La base de données locale est nominative. Elle est utilisée uniquement par les cliniques ou les centres experts et elle contient l’information obtenue par les investigateurs locaux utilisée à des fins cliniques. À partir des données contenues dans les bases de données locales, les données qui sont acceptées par tous les membres du registre HF Canada sont retenues et entrées dans la base de données provinciale. Cette dernière ne contient aucun identifiant autre que le numéro d’assurance-maladie provinciale. Cette base de données peut être utilisée pour générer des résultats spécifiques à chaque province en matière de santé, d’utilisation des ressources, de coûts de santé et de caractéristiques comparatives épidémiologiques, cliniques et génétiques entre les provinces. La base de données canadienne est complètement anonyme et servira à générer des statistiques nationales, à sensibiliser le public à l’HF et à favoriser la collaboration en recherche. Les données collectées incluent l’histoire médicale et familiale du patient, ses habitudes de vie, sa médication et les résultats d’analyses effectuées en laboratoire.

Les données complètement anonymes, c’est-à-dire sans aucun identifiant tels que numéro d’identification de l’hôpital, date de naissance et relations familiales, seront mises à la disposition des chercheurs, des décideurs, des gouvernements et de l’industrie si besoin il y a, et ce, après avoir présenté une demande écrite approuvée par le conseil scientifique en collaboration avec le conseil consultatif.

Les patients

Les différentes étapes menant à l’inclusion de patients dans le registre HF Canada sont présentées ci-dessous.

FHRegistry_FR_chart1

Un patient qui répond aux critères d’inclusion d’HF est éligible pour faire partie du registre HF Canada. Des données sur ce patient seront collectées après avoir obtenu son consentement libre et éclairé.

Les membres de la famille immédiate d’un patient ayant reçu un diagnostic d’HF (parents, fratrie, enfants) ont 50% de chances de souffrir également d’HF. Nous utilisons la méthode de «dépistage en cascade» qui consiste en l’analyse des niveaux de lipides dans tous les membres de la famille du premier degré (parents, fratrie et enfants), du second degré (oncles, tantes, grands-parents et petits-enfants) et du troisième degré (cousins, neveux et nièces) du patient ayant reçu un diagnostic d’HF. Cette méthode a été utilisée dans plusieurs autres pays avec beaucoup de succès et il a d’ailleurs été démontré que cette méthode dite de «dépistage et traitement» permet de sauver des vies et de l’argent grâce à sa stratégie de promotion de la santé et de prévention des maladies.

Le patient est suivi chaque année afin de recueillir des données sur son état de santé, les traitements qui sont reçus et les résultats d’analyses en laboratoire.

Les patients qui ne répondent pas aux critères d’inclusion d’HF mais qui démontrent des anomalies au niveau des lipides sanguins sont entrés dans le registre SMASH (Systems and Molecular Approach of Severe Hyperlipidemia) qui fait aussi partie du registre HF Canada. Ceci nous permettra de documenter les désordres rares du métabolisme des lipoprotéines, les maladies dites « orphelines ».

La base de données

Le Centre de recherche James Hogg de l’Hôpital St-Paul affilié à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver fournit la plate-forme iCAPTURE utilisée pour extraire les données du registre HF Canada. Ce logiciel de base de données utilise un backend Oracle, est protégé par un pare-feu, est maintenu sur un réseau non public séparé et est conforme aux normes établies par la FDA (US Food and Drug Administration), Santé Canada et le PIPEDA (la Loi sur la Protection des Renseignements Personnels et les Documents Électroniques (PIPEDA; L.C. 2000, ch. 5). Ce logiciel est également conforme à la réglementation sur la vie privée dans toutes les provinces et il utilise des mots de passe qui permettent un accès limité et adapté selon chaque site. Il permet aux chercheurs d’avoir accès aux données dans des conditions strictement contrôlées, et ce, après examen par les pairs. Le logiciel est suffisamment souple pour permettre d’entrer facilement des données dans les bases de données provinciales et canadiennes. Le Centre de recherche James Hogg assure une sécurité multi-niveaux pour tous les systèmes de bases de données et informatiques.